Grive musicienne

Turdus philomelos C. L. Brehm, 1831


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Turdidae Genre : Turdus
Chargement...

  • 1 882
    observations

  • 41
    communes

  • 120
    observateurs

  • Première observation
    1960

  • Dernière observation
    2023
  • PNRGM
    Participation à 601 Observations
    Part d'aide à la prospection : 31.93 %

    Fiche organisme

  • INPN
    Participation à 419 Observations
    Part d'aide à la prospection : 22.26 %

    Fiche organisme

  • FAUNE BRETAGNE
    Participation à 395 Observations
    Part d'aide à la prospection : 20.99 %

    Fiche organisme

  • Bretagne Vivante
    Participation à 142 Observations
    Part d'aide à la prospection : 7.55 %

    Fiche organisme

  • Ligue de Protection des Oiseaux
    Participation à 116 Observations
    Part d'aide à la prospection : 6.16 %

    Fiche organisme

  • Partenaire
    Participation à 76 Observations
    Part d'aide à la prospection : 4.04 %

    Fiche organisme

  • BIODIV BRETAGNE
    Participation à 56 Observations
    Part d'aide à la prospection : 2.98 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Taille/poids :

Longueur 21 cm, envergure 35 cm, poids moyen 75 g.

Diagnose :

Brune, poitrine finement tachetée sur fond clair, absence de sourcils.

Détermination :

Son chant clair et sonore est reconnaissable à son rythme alerte, à la répétition des motifs et à la diversité des strophes (il appartient à la catégorie des émissions vocales complexes, variées et inventives). Chaque chanteur possède son propre répertoire pouvant inclure des imitations : ainsi le chant peut dans une certaine mesure refléter l’habitat de l’oiseau (exemples : imitations de cris de limicoles par des grives chantant au bord des étangs, imitation de sonneries de téléphone en milieu urbain).

https://inpn.mnhn.fr/jeux/oiseaux/listen/emissions_vocales_complexes_variees_inventives/4129

Biologie-éthologie :

La Grive musicienne apprécie la fraîcheur des bois, forêts et bocages. Comme le Merle noir, elle a su s’adapter aux parcs et jardins urbains, sans toutefois y être aussi commune que ce dernier. Elle se nourrit en grande partie de vers de terre ainsi que d’autres invertébrés (escargots qu’elle casse sur les pierres des chemins, insectes, etc.). Selon la saison elle complète ce régime par des baies et des fruits. Elle commence à chanter en plaine dès le mois de février si le temps le permet, postée bien en vue sur une haute branche.

Biogéographique et écologie :

L’espèce est migratrice partielle : les populations du nord-est de la France sont le plus souvent migratrices alors que celles du reste de la France sont généralement sédentaires, à l’exception des populations d’altitude. Par ailleurs notre pays accueille diverses populations européennes qui ont chacune leurs régions de prédilection pour y passer l’hiver.

Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Turdus ericetorum Turton, 1807 | Turdus philomelos clarkei Hartert, 1909 | Turdus philomelos philomelos Brehm, 1831

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles