Martinet noir

Apus apus (Linnaeus, 1758)


Classe : Aves Ordre : Caprimulgiformes Famille : Apodidae Genre : Apus
Chargement...

  • 461
    observations

  • 34
    communes

  • 31
    observateurs

  • Première observation
    2001

  • Dernière observation
    2022
- B.iliou - Bastien Moisan - Catherine Orain - Clément Diraison - Cosson Thomas - D'augustin Amicie - David Ledan - David Ledan/margaux Feon/thomas Cosson - David Ledan/vincent Jutel - David Lédan - David Lédan/benoit Duhamel - David Lédan/manon Garandeau - David Lédan/margaux Féon - David Lédan/margaux Féon/thomas Cosson - David Lédan/margot Tharan - David Lédan/morgane Lorsong - David Lédan/nicolas Bernard - Dominique Geraudel - E.penguilly - Althis - Gwenegan Cueff - H.m - Kilian David - Laurène Demange - Lédan David - R.descombin - Simon Ernst - Simon Ernst/david Ledan - Thierry Bigey - Thomas Cosson - Vincent Jutel
  • PNRGM
    Participation à 453 Observations
    Part d'aide à la prospection : 98.26 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Longueur 16-17 cm, envergure 42-48 cm, poids 31-56 g.

Ancien habitant des falaises et des grottes, il s’accommode maintenant des cavités de nos bâtiments, ce qui lui a permis de conquérir une aire géographique immense. Sa capacité à nicher à des latitudes élevées tient notamment à une période de reproduction raccourcie et à son aptitude à quitter momentanément les zones de mauvais temps, les jeunes pouvant survivre plusieurs jours sans nourriture. Si l’on excepte les contacts ponctuels en vol avec l’eau, il mène une vie totalement aérienne, incluant un sommeil nocturne en vol. La nature du terrain sous-jacent importe moins que la quantité d’insectes qu’il produit.

Le Martinet noir se nourrit en vol d’insectes et d’araignées en suspension dans l’air, de taille petite à moyenne (« plancton aérien »). Il chasse plus au-dessus de l’eau par temps médiocre, l’émergence d’insectes aquatiques étant alors plus importante que celle des insectes terrestres. Les aphides, hyménoptères, coléoptères et diptères constituent la majorité de ses proies. Les groupes les plus importants sont observés en été, peu avant la migration ; ils peuvent comprendre plusieurs centaines à plus de 1 000 individus lorsque la nourriture est abondante.

L’espèce est grégaire, formant des colonies de quelques dizaines de couples. Elle est monogame et les couples sont fidèles d’une année sur l’autre. Les accouplements ont lieu au nid et en vol. Les deux partenaires se relaient sur le nid. Les membres d’une même colonie pratiquent fréquemment de bruyantes poursuites, les oiseaux au nid s’y joignant plus volontiers en soirée.

Le nid est construit sur une surface plate et se compose de paille, d’herbe, de feuilles et de plumes, le tout cimenté par de la salive. L’unique ponte de 2 ou 3 œufs est déposée entre mai et mi-juin. L’incubation (19 à 27 jours) comme le nourrissage au nid (37 à 56 jours) ont une durée très variable, qui s’allonge en cas de conditions froides ou pluvieuses. Les jeunes s’envolent généralement le matin alors que leurs parents sont absents. Ils sont immédiatement indépendants.

Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Cypselus apus (Linnaeus, 1758) | Hirundo Apus Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles