Gobemouche noir

Ficedula hypoleuca (Pallas, 1764)


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Muscicapidae Genre : Ficedula
Chargement...

  • 122
    observations

  • 19
    communes

  • 10
    observateurs

  • Première observation
    2004

  • Dernière observation
    2022

Informations espèce

Taille/poids :

Longueur totale : 13 cm. Poids : 13 g en moyenne.

Diagnose :

Le mâle en plumage nuptial se reconnaît facilement à sa tête et son dessus noir, alors que le dessous, le front et une barre alaire sont blancs. Le plumage de la femelle est beaucoup moins contrasté, avec un dessus brun et un dessous blanchâtre, et une barre alaire beige moins nette.

Détermination :

Simple. Facile sur photo.

Espèces proches :

Le Gobemouche à collier (Ficedula albicollis) nicheur dans l’Est de la France présente un plumage similaire, mais le mâle s’en distingue facilement par son large collier blanc. En automne, la distinction des deux espèces s’avère toutefois délicate.

Période d’observation :

Avril à juin puis août-septembre et parfois octobre pour le passage post-nuptial. En juillet les oiseaux sont très discrets à cause de la mue.

Biologie-éthologie :

Le Gobemouche noir est un petit passereau très actif, agitant souvent les ailes et la queue d’une façon saccadée. Il chasse les insectes en vol à la manière du Gobemouche gris, sans toutefois retourner systématiquement au même perchoir, et avec une tendance plus marquée à se poser sur le sol. Il niche dans des cavités d’arbres.

Biogéographie et écologie :

L’aire de répartition du Gobemouche noir s’étend sur l’ensemble de l’Europe, la limite Est étant la Sibérie centrale. Les pays abritant les populations nicheuses les plus importantes sont les Pays Scandinaves, la Russie, les Pays Baltes et l’Allemagne. En France, l’espèce se montre relativement sélective sur son habitat de nidification. C’est avant tout un oiseau forestier, montrant une préférence nette pour les peuplements âgés de feuillus des plaines et collines. La chênaie sur sol bien drainé semble constituer son habitat optimal, mais il occupe également les hêtraies et les châtaigneraies.

Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Motacilla hypoleuca Pallas, 1764 | Muscicapa hypoleuca (Pallas, 1764)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles