Loutre d'Europe

Lutra lutra (Linnaeus, 1758)


Classe : Mammalia Ordre : Carnivora Famille : Mustelidae Sous-Famille : Lutrinae Genre : Lutra
Chargement...

  • 1 032
    observations

  • 39
    communes

  • 76
    observateurs

  • Première observation
    1905

  • Dernière observation
    2022
- Agnes Dagorn - Alexandre Crochu - Annaelle Mézac - Anne Boulet - Anne Montreley - Anthonin Le Bougnec - Antoien Gergaud - Antonin Le Bougnec - Bernard Schmitt - Camille Simon - Catherine Bouchain - Charle Dupe/brigitte Ruaux - Charlotte Badouel - Cosson Thomas - David Ledan - David Lédan - David Lédan/maël Ville-pleurdeau - David Quinton - Denis Fatin - Denis Peltier - Emmanuelle Jouet - Evelyne Mothais - Fabien Salles - Franck Simmonet - Franck Varagnat - Gerard Sourget - Gr. S Rencesement - Gr. T Recensement - Groupe Mammalogique Breton - Guillaume Gelinaud - Guillaume Jan - Gwenegan Cueff - Inconnu - Jacques Ros - Jean-luc Chil - Jean-pierre Artel - Jerome Gautier - Jerome Loiret - Joelle Montreley - Jonathan Gueguen - Jonathan Pothier - Laurent Perignon - Leaticia Cloatre - Lionel Picard - Lise-chloee Allaire - Louis Contal - Lédan David - Margaux Feon - Mathieu Geraldine - Mathieu Le Gall - Matthias Urien - Matthias Urien/didier Monfort - Matthieu Fortin - Matthieu Marquet - Monsieur De Trogoff - Morgane Lorsong - Nolwenn Vally - Olivier Chenelle - Olivier Gallois - Olivier Hay - Oncfs - Patrick Camus Et Christian Fontaine - Patrick Philippon - Philippe Rimasson - Ronan Pasco - Sebastien Gautier - Steven Sarreau - Sébastien Gautier - Sébastien Gautier Via Thomas Cosson - Theo Poezevara - Thomas Cosson - Thomas Cosson/marie Bellay - Thomas Le Campion - Vincent Jutel - Yann Le Mentec
  • PNRGM
    Participation à 1025 Observations
    Part d'aide à la prospection : 99.32 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Longueur : 100-130 cm dont environ un tiers pour la queue, poids : 6-11 kg.

La Loutre a une silhouette hydrodynamique avec une tête aplatie et un corps allongé. Ses pattes, munies de 5 doigts, sont courtes et palmées et sa queue massive se termine en pointe. Son pelage est brun uniforme, plus clair sur la face ventrale, surtout au niveau du cou. De petites taches blanchâtres sont présentes sur les lèvres et le cou permettant une identification des individus. Sa fourrure est très dense, lui assurant une totale imperméabilité. Ce mustélidé compte 36 dents : I3/3, C1/1, P4/3, M1/2. Les mâles sont généralement plus grands et corpulents que les femelles. Dans l’eau, la Loutre peut être confondue avec le Ragondin (Myocastor coypus) et le Castor d’Europe (Castor fiber).

En France, la Loutre est devenue crépusculaire et nocturne. Elle passe sa journée à se reposer dans son gîte tandis que la nuit est principalement consacrée aux déplacements et à la recherche de nourriture. Territoriale et solitaire, elle ne vit en couple que pendant la période du rut. La maturité sexuelle est atteinte vers 2-3 ans. L’accouplement peut avoir lieu toute l’année et se passe sur terre ou dans l’eau. La gestation dure une soixantaine de jour, sans diapause. La femelle met bas de 1 à 3 loutrons aveugles pesant une centaine de gramme. Ils s’émancipent entre 8 à 12 mois et peuvent vivre jusqu’à 3-5 ans dans la nature contre 15 ans en captivité. La Loutre d’Europe est essentiellement ichtyophage mais, opportuniste, elle consomme également d’autres types de proies : amphibiens, invertébrés aquatiques, mammifères, oiseaux,...

Ce mammifère d’eau douce occupe tous les habitats aquatiques. Elle se rencontre dans des milieux et zones climatiques très différents les uns des autres. La taille des domaines vitaux dépend des ressources disponibles, mais ils s’étendent sur environ 20 km le long d’un cours d’eau et peuvent atteindre 40 km. Au sein de son domaine vital, la Loutre possède plusieurs dizaines de gîtes, nommés « catiches », qu’ils soient de repos ou de mise bas. Les gîtes de repos peuvent être des terriers, se trouvant généralement dans la berge des cours d’eau, ou des couches à l’air libre situés dans des zones boisées impénétrables. Les gîtes de mise bas sont plus complexes et sont généralement bien cachés et peu accessibles. Les sites ou les femelles mettent bas et élèvent leurs jeunes sont fidèlement réutilisés d’année en années. La Loutre marque son domaine vital par le dépôt d’urine et d’épreintes (= fèces de la Loutre) qu’elle dépose le long des rives généralement au niveau de points marquants du paysage.

[Référence : KUHN R. & JACQUES H. 2011. La Loutre d’Europe Lutra lutra (Linnaeus, 1758). Société française pour l’Etude et la Protection des Mammifères. Encyclopédie des Carnivores de France 8 : 72p. ]
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Lutra piscatoria | Lutra roensis | Lutra vulgaris | Mustela lutra Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles