Bécasseau variable

Calidris alpina (Linnaeus, 1758)


Classe : Aves Ordre : Charadriiformes Famille : Scolopacidae Genre : Calidris
Chargement...

  • 925
    observations

  • 21
    communes

  • 114
    observateurs

  • Première observation
    1994

  • Dernière observation
    2022

Informations espèce

Taille/poids

Longueur totale du corps : 16 à 20 cm. Poids : 35-60 g.

Détermination

En plumage nuptial, il est facilement reconnaissable à la tache ventrale noire, la calotte finement striée de roux et de brun et les joues, gorge et poitrine plus ou moins chamois, striées de noir. En hiver, les parties supérieures sont gris-brun pâle avec un liseré blanchâtre.

Espèces proches

En plumage nuptial, le Bécasseau variable peut difficilement être confondu avec les autres bécasseaux, grâce à la la tâche ventrale noire. En plumage hivernal, la distinction par rapport autres bécasseaux est plus délicate et se fonde principalement sur la silhouette.

Période d’observation

Dès le mois de mars, les oiseaux quittent leurs sites d’hivernage. Le pic de migration est observé entre fin avril et début mai. La migration postnuptiale se déroule entre la mi-juillet et novembre, avec un pic entre mi-août et septembre.

Biologie-éthologie

En France, sur les sites d’hivernage et de migration côtiers, les proies les plus recherchées sont les petits crustacés (genre Corophium, Carcinus, Crangon) les gastéropodes du genre Hydrobia et Littorina et des annélides (genre Nereis, Scoloplos, Arenicola) et des bivalves de petite taille (moins de 2 cm) du genre Macoma, Scrobicularia, Abra.

Biogéographie et écologie

En hivernage et en migration, le Bécasseau variable est principalement un oiseau côtier qui va s’alimenter sur les zones intertidales vaseuses à sablo-vaseuses mais aussi dans les lagunes. Espèce holarctique, le Bécasseau variable est présent sur tous les continents à l’exception de l’Amérique du Sud. Il occupe une aire de nidification très large, du littoral arctique du Canada, du Groenland et de Sibérie, aux zones plus tempérées de la Baltique et de la Grande-Bretagne. Son aire d’hivernage est également très large (Amérique du Nord et centrale, Europe, Afrique et Asie). Il n’hiverne pas au sud de l’équateur.

Sources

Bensettiti F. et al. (coord.), 2001-2005. Cahiers d'habitats Natura 2000 - Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tomes 1 à 7. Ed. La Documentation française, Paris.

Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Erolia alpina (Linnaeus, 1758) | Pelidna alpina (Linnaeus, 1758) | Tringa alpina Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles